Corpus des documents Qin 秦 (4e-3e s. av. J.-C.)

Chen Wei 陳偉 (dir.), Qin jiandu heji 秦簡牘合集 [Corpus des documents sur bois et sur bambou des Qin], Wuhan, Wuhan daxue chubanshe 武漢大學出版社, 2014, 7 vol.

秦简牍合集-书影

Cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif de plusieurs années, réalisé dans le cadre d’un important projet de recherche soutenu par le gouvernement chinois au titre des « Projets d’excellence dans les domaines de la philosophie et des sciences sociales du Ministère de l’éducation » (教育部哲學社會科學研究重大課題攻關項目). Le projet s’intitule : « Edition et étude globales des documents Qin sur lattes et sur tablettes » (秦簡牘的綜合整理與研究, n°08JZD0036). Autour de l’équipe du Centre de recherche sur les manuscrits sur soie et sur bambou de l’Université de Wuhan (武漢大學簡帛研究中心), le professeur Chen Wei a su fédérer d’autres institutions pour parvenir à mener à bien cet ambitieux projet : Musée de la province du Hubei (湖北省博物館), Institut d’archéologie de la province du Hubei (湖北省文物考古研究所), Musée de Jingzhou (荊州博物館), Musée d’archéologie de la province du Sichuan (四川省文物考古博物院) et Musée des lattes et des tablettes du Gansu (甘肅簡牘博物館).

Dans le cadre de ce projet, plusieurs publications ont été prévues, dont une réédition de l’ensemble des documents des Qin sur bois et sur bambou découverts depuis 1975. Les sept volumes du Qin jiandu heji contiennent sept ensembles de documents provenant de sept sépultures différentes : les tombes 4 et 11 de Shuihudi 睡虎地 (1975), la tombe 6 de Longgang 龍崗 (1989), la tombe 50 de Haojiaping 郝家坪 (1980), la tombe 30 de Zhoujiatai 周家臺 (1993), la tombe 36 de Yueshan 嶽山 (1986) et la tombe 1 de Fangmatan 放馬灘 (1986). De ces sépultures ont été exhumés plusieurs dizaines de documents produits dans le pays de Qin aux IVe-IIIe siècles avant notre ère. Parmi ceux-ci on trouve en particulier : des recueils d’articles de loi, des manuels de divination, des lettres, des calendriers, ainsi que des cartes géographiques.

L’intérêt de cette réédition se manifeste à la fois dans les reproductions photographiques, les transcriptions et les notes. Les éditeurs ont ici choisi de publier les reproductions les plus lisibles. Dans certains cas, il s’agit de photographies anciennes, publiées ou non publiées. Dans d’autres cas, quand les documents étaient encore dans un bon état de conservation, de nouvelles photographies de très bonne qualité (normales ou infrarouges) ont été prises. À partir de cette documentation, les éditeurs ont révisé les anciennes transcriptions, proposant dans un petit nombre de cas des corrections quant à l’identification de certaines graphies, amenant à revoir la lecture de certains passages. Enfin, les auteurs ont également abondamment annoté le texte, prenant en compte ces nouvelles lectures ainsi que les nombreux travaux parus à propos de ces documents depuis leur première publication. Les références des travaux utilisés sont regroupées dans une bibliographie placée après chaque ensemble de documents. Les reproductions photographiques suivent la bibliographie. Il s’agit généralement de reproductions en noir et blanc proposées sous deux formats : taille réelle et agrandissement (échelle 2). Même si, en raison du mauvais état des documents au moment de leur découverte, certaines lattes ou tablettes sont encore difficilement lisibles, l’usage de photographies infrarouges apporte parfois une aide précieuse à la lecture de ces textes.

D’après la préface de l’ouvrage, ce corpus pourrait être plus tard complété par la réédition d’autres fonds Qin, comme ceux de Wangjiatai 王家臺 (1993) ou de l’Institut Yuelu (岳麓書院 ; 2007).

Présentation détaillée en chinois sur le site du Centre de recherche sur les manuscrits sur soie et sur bambou de l’Université de Wuhan.


Vous aimerez aussi...